Marqueterie Bénédicte Delvaux

La Marqueterie, un Métier, une Passion

Archive pour la catégorie 'La Source du Savoir'

L’Ecole Boulle

Posté : 10 juillet, 2009 @ 12:07 dans La Source du Savoir | 5 commentaires »

Un apprentissage très professionnel au coeur de Paris

Pour apprendre toutes ces merveilleuses techniques de travail que j’utilise aujourd’hui, je le dois aux enseignements très professionnels d’ébénisterie et de marqueterie qui m’ont été prodigués pendant mes deux ans d’apprentissage au sein de l’Ecole Boulle à Paris 12ème.

J’ai choisi de réintégrer les « bancs de l’école » à 28 ans pour une totale réorientation professionnelle. J’ai pu réaliser mon rêve de 2003 à 2005. J’ai suivi les cours dispensés aux formations pour adultes. J’ai fait des rencontres plus qu’enrichissantes. Grâce à l’enseignement de nos professeurs qualifiés, j’ai passé le CAP d’ébénisterie d’Art en candidat libre, diplôme que j’ai obtenu.

Pour découvrir ce lieu chargé d’histoire et de magie, connectez-vous sur le lien de l’école : http://www.ecole-boulle.org

nprodphoto118001194597974640x480.jpg

P’tit clin d’oeil :

Ma toute première marqueterie faite à l’école pendant les heures d’apprentissage de la technique de découpe éléments par éléments (module de 80 heures) :

ptitesfleurs.jpg

Fond en Amarante, Pétales en poirier & sycomore, Tiges et Feuillage en Sycomore teinté vert

_______________________________________________

Réalisation à l’atelier de l’Ecole Boulle pendant ma 2ème année d’apprentissage :

Mise en pratique des techniques d’ébénisterie acquises lors de la 1ère année.

Table de chevet Louis XVI à un tiroir central (reproduction) :

tablelouis16plateau640x480.jpg

tablelouis16piedstraverses640x480.jpg

Ce type de mobilier était réalisé par paires pour s’inscrire de chaque côté d’une cheminée ou d’un lit. L’original de cette table est visible au musée Nissim de Camondo à Paris.

Réalisations successives :

  • le dessin à main levée en perspective,

  • le dessin à l’échelle 1 du meuble et du frisage exceptionnel,

  • la feuille de débit des bois massifs, placages,

  • les assemblages montés en tenons et mortaises, queues d’aronde, les pieds en fuseau,

  • le tiroir et son ajustage,

  • le frisage complet du meuble,

  • le raclage et le ponçage de chacune des surfaces,

  • l’encollage du bâti à la vynilique, et le frisage à la colle chaude d’os et de nerf,

Par la suite, vernissage de 3 couches de satiné incolore.

Table composée de :

  • 3 essences,

  • 3 types de filets composés

Dimensions de la table :

  • largeur : 53 cm – profondeur : 36 cm – hauteur : 70 cm

_______________________________________________

Présentation des deux principales techniques de découpe de la marqueterie :

Première méthode (la plus ancienne), dite « éléments par éléments« .

Il faut découper toutes les pièces, fussent-elles minuscules, une par une et ensuite le fond séparément. On peut alors reconstituer le motif entier comme un puzzle dans le fond (incrustation) en l’encollant en même temps sur le support choisi, sur un système de cale tendue.

Si on prépare des paquets de placage par essence avec plusieurs épaisseurs de l’essence, on découpe donc plusieurs fois chaque pièce et l’on peut monter plusieurs exemplaires d’une même marqueterie.

_____________________________

La deuxième grande méthode de travail est attribuée au grand ébéniste du Roi Soleil : André-Charles Boulle, donc appelée « méthode Boulle«   

Cette méthode de découpe en superposition était déjà pratiquée par d’autres avant lui. Il innova en introduisant d’autres matériaux que le bois dans ses compositions, tel de la nacre, de l’os, de l’écaille, des métaux comme le laiton, l’étain, le cuivre.

Ce dernier superposait toutes les essences de bois composant la marqueterie dans le même paquet de placage et donc découpait toutes les essences/matériaux en même temps. Du coup chaque pièce était disponible dans chacune des essences/matériaux.

Il montait ensuite la marqueterie principale selon les essences/matériaux qu’il avait choisi lors du dessin du modèle. Ce montage s’appelle la « partie ».

Il composait ensuite d’autres variantes de la même marqueterie en choisissant dans les essences/matériaux découpés. Ce sont les « contre-parties ». Ces dernières sont cependant de moindre valeur que la composition principale.

Spicymini,

P’tite Fleur de Marqueterie

bureauboulle.jpg

Bureau Mazarin, très belle composition en écaille de tortue et laiton

 

dub |
celta |
SUSANNA MASSA |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes dessins
| mariuss
| "L'ART ET LA PEINTURE"